ICT

Google - Nous et le Web Business

Google et le Web Business: Quel Profit pour l Afrique Francophone?

Google Inc. intensifie ses investissements en Afrique en installant des câbles à fibres optiques, en facilitant l'accès à des téléphones Android moins chers et en formant une main-d'œuvre en compétences numériques.
«Nous avons posé environ 1.000 kilomètres de fibre en Ouganda et nous sommes occupés à faire environ 1.000 kilomètres au Ghana», a déclaré Luke McKend, le responsable sud-africain de Google,
Environ 1 million de personnes au Nigeria, au Kenya et en Afrique du Sud ont été formés par Google au cours de la dernière année, mais beaucoup ont dû compléter leurs cours avec un accès limité à Internet en raison de la couverture peu fiable et des prix élevés des données, selon McKend

 L'entreprise de Mountain View, basée en Californie, se tourne maintenant vers la formation axée sur le Web pour les petites entreprises à travers l'Afrique.

Aux côtés des concurrents américains, dont Facebook Inc., Google cherche à renforcer la connectivité sur le continent pour ouvrir un nouveau marché pour les smartphones et les services tels que la recherche sur le Web et les réseaux sociaux. Les consommateurs les plus jeunes d'Afrique sub-saharienne exigent de plus en plus des vitesses d'Internet plus rapides et des téléphones moins chers pour leurs activités, tandis que les opérateurs locaux de téléphonie mobile incluant MTN Group Ltd. et Vodacom Group Ltd. considèrent l'espace numérique comme le marché à plus forte croissance.

YES Inc MALI a pu analyser que toutes ces initiatives risqueraient de profiter peu à des pays francophones comme le Mali si des actions innovatrices ne sont pas multipliées afin de susciter plus d’inclusion. Aussi le Tech Entrepreneurship et le Web development doivent être encouragés au sein des couches juvéniles et féminines afin de générer et multiplier les Startups dans le domaine du Digital.

Les Web- Business conférences- séries initiées dans le cadre des <Entrepreneurial Focus> de YES Inc MALI peuvent constituer un vecteur favorable à l’éclosion du Digital dans la sous région Ouest Africaine.

IBM contribue au Potentiel productif en Afrique

IBM boost les TIC en Afrique

International Business Machines Corp. développe son programme de formation sur les compétences numériques pour accueillir jusqu'à 25 millions d'Africains au cours des cinq prochaines années, en vue de construire une future main-d'œuvre sur le continent.


Le géant américain des technologies prévoit de faire un investissement initial de 945 millions de rands (70 millions de dollars) pour mettre en œuvre l'initiative de formation en Afrique du Sud, un pays où 31% des personnes âgées de 15 à 24 ans sont au chômage. Parmi les autres pays qui bénéficieront de ce programme figurent le Nigéria, le Kenya, le Maroc et l'Égypte, permettant l'expansion du projet à travers le continent.

"L'Afrique aura la plus grande main-d'œuvre d'ici 2040 et IBM veut poser les bases pour construire une main-d'œuvre numérique", a déclaré Juan Pablo Napoli, directeur de l'IBM Skills Academy, par téléphone depuis Dubai. «Nous offrirons une plate-forme d'apprentissage gratuite basée sur le cloud computing capable de former les gens, des compétences informatiques de base au développement d'applications haut de gamme.

Le déménagement peut aider à apporter et à conserver des emplois numériques en Afrique au lieu de les perdre à l'Inde, a déclaré Hamilton Ratshefola, responsable d'IBM pour l'Afrique du Sud. Jusqu'à 50 000 de ces emplois sont actuellement exploités à partir d'Afrique, principalement vers l'Inde, a déclaré Ratshefola.

"Si le programme est mis en œuvre avec succès au cours de la période de cinq ans, tous ces emplois peuvent être transférés en Afrique, où les gens seront équipés du bon ensemble de compétences", at-il dit.

L'entreprise s'est associée aux Nations Unies pour étendre cette initiative à l'ensemble de l'Afrique. IBM a également discuté avec un certain nombre d'autres partenaires potentiels, y compris les entreprises de téléphonie mobile, pour poursuivre l'échelle du programme, a déclaré Ratshefola. En Afrique du Sud, IBM travaille déjà avec le support téléphonique Vodacom Group Ltd., at-il dit.

×